logo

J’ai testé l’imprimante ET 2550 Series signée Epson

epson-et-2550-ecotank-4

Bonjour à tous,

Aujourd’hui, je me suis attaqué à un morceau de choix : l’imprimante ET 2550 Séries d’Epson. Le fabricant japonais, leader du marché de l’impression, a en effet récemment lancé une nouvelle gamme d’imprimante et j’ai eu la chance de pouvoir en tester une. Et je dois l’admettre, j’ai été bluffé.

Epson n’est pas leader du marché depuis plusieurs année par hasard. L’un des leitmotiv du fabricant japonais est de constamment se renouveler. C’est donc pour cela qu’il a lancé la gamme « ecoTank », dont la 2550 est le fer de lance et  dont nous avions parlé ici. L’EcoTank, c’est quoi ? C’est tout simplement l’ajout d’un réservoir d’encre qui va décupler la capacité de l’imprimante. Terminé les cartouches, place aux bouteilles d’encre. Le volume de ces dernières doit assurer l’impression de 4000 pages en noir et blanc et 6500 pages en couleurs, ce qui équivaut à deux ans de consommation d’encre, dans le cadre d’un usage modéré. Et bien sûr, on s’y retrouve niveau budget, puisque les 4 bouteilles (une par couleur) permettant de recharger l’imprimante coûteront une cinquantaine d’euros sur internet (et vous pourrez d’ailleurs confier la commande à l’imprimante elle-même, qui s’en chargera dés le niveau d’alerte atteint). Cependant, la contrepartie est de taille : le prix. En effet, l’ET 2550 Series, bien qu’entrée de gamme, coûtera environ 330 euros. Un investissement qui pourra devenir intéressant à partir d’un certain volume d’impression. En clair, si vous n’imprimez qu’une feuille par ci par là, passez votre chemin.

20160602_121429

Une fois déballée, l’ET 2550 Series ne semble pas bien différente des imprimantes conventionnelles. La façade avant intègre un petit écran LCD couleur de 1,4 pouce de diagonale avec à ses côtés un pavé directionnel et trois boutons, le tout surmontant le guide-impression. Au dessus, on trouve un scanner à plat doté d’une résolution de 2400 ppp, un dispositif classique qui ne permet de numériser qu’une feuille à la fois (pas de bac d’alimentation automatique). A l’arrière, le chargeur vertical escamotable peut contenir jusqu’à 100 feuilles. Mais la surprise se situe évidemment sur le côté, avec la présence d’un réservoir, qui a la forme d’un bloc additionnel avec un capot. Pas de connectique ethernet, l’ET 2550 Series se connecte en Wi-Fi, ce qui lui permet notamment d’être gérée via l’appli Epson sous iOS et Android. Elle dispose tout de même d’un lecteur de carte SD qui permettra d’imprimer des photos ou des documents. Son encombrement est plutôt minime, avec des dimensions de 48,9‎ x 30 x 16,9 cm, réservoir compris.

20160602_121417 20160602_121443

On en arrive à la phase d’installation. Elle est terriblement simple. Une fois sous tension, l’ET 2550 Series va nécessiter d’être connectée à votre réseau wifi. Il m’a fallu exactement cinq minutes pour faire la manipulation, en utilisant les menus de l’écran LCD (pas besoin d’entrer le code puisque l’imprimante reste en réseau local). J’ai ensuite testé trois configurations.

20160602_121434

20160602_122357

J’ai d’abord lancé l’application « Epson iPrint » sur mon Samsung Note et j’ai apprécié la simplicité de cet outil qui permet de lancer directement l’impression d’une photo (depuis la galerie ou même à la volée en prenant une photo) ou d’un document, de stocker en ligne ou de commander des bouteilles d’encre.

Screenshot_2016-06-03-12-06-32

Sur mon Macbook, il m’a suffit d’aller sur le site d’Epson pour installer le driver de l’imprimante. Là aussi, c’est très simple et rapide. L’ET 2550 est ensuite disponible dans le menu des imprimantes/scanner. Sur PC, il aura fallu utiliser le cd d’installation, ce qui a pris un peu plus de temps (15 mn environ). Là encore, une fois installée, l’imprimante se gère très facilement.

La présence du réservoir ne pose pas de souci en terme de performance. Une page de texte s’imprime en une dizaine de secondes, une photo en A4 en qualité haute sur papier ordinaire prendra une quarantaine de secondes. Le rendu est d’excellente qualité, largement au niveau des imprimantes conventionnelles. Et j’ai aussi particulièrement apprécié le faible bruit de l’imprimante lorsqu’elle est en fonction. Concernant le remplissage du réservoir, l’opération se révèle assez simple, si on prend soin de bien suivre les instructions.

Pour conclure, l’ET 2550 Séries d’Epson est un excellent produit, qui s’avérera parfait pour une utilisation régulière en bureautique ou en impression photo amateur. Son prix peut sembler un peu élevé, mais si vous avez un usage régulier de votre imprimante, l’amortissement se fait assez rapidement. J’accorde à ce produit la note de 9/10



2 réponses à “J’ai testé l’imprimante ET 2550 Series signée Epson”

  1. Cotherel dit :

    J’ai acheté cette ecotank pour remplacer une laser couleur Samsung clp365W qui me coûtait une fortune et qui au bout d’à peine 4 ans avait fortement perdu en qualité d’impression. (travail bureautique essentiellement)

    Comment dire? Effectivement, le niveau baisse très lentement et je pense qu’elle va me coûter beaucoup moins cher en consommable mais alors… quelle déception sur la qualité d’impression en comparaison avec la laser même en fin de vie!

    Les caractères noirs sont ternes et mals définis
    Les images et dessins manquent eux aussi cruellement de vivacité dans les couleurs et les dégradés sont vraiment moches.

    D’ailleurs, cela fait longtemps que je n’avais pas vu le travail d’une jet d’encre, mais je me demande comment on peut la conseiller pour de la photo…Elle fait moins bien que la laser…

    Sinon, le software est bien et elle fait le Job. Mais ils ne faut pas être exigeant sur la qualité…

  2. Cotherel dit :

    Cela fait un an que j’ai cette imprimante et je tenais a faire un commentaire moins tranché que celui ci dessus, que j’avais laissé après l’achat :

    – nombre d’impression (toutes en couleurs) : 941
    – niveau de noir : reste environ 2/3
    – niveau des couleurs : reste environ 90% de chaque.

    les 6500 copies avec les recharges couleurs seront largement tenues mais je devrais être plus au niveau de 3000 pour le noir. On est pas si loin des 4000 promis…

    Si je dois revenir sur de mes propos, c’est celui de la qualité d’impression. peut être est ce du aux 2 ou 3 mises a jours depuis un an mais la qualité d’impression s’est nettement amélioré et deviens assez correct en mode « hight »

    il lui arrive encore (noir) de bavouiller un peu sur certaines impressions mais les noirs et les couleurs sont bien plus nets et contrastés.

    Bref, je ne regrette finalement pas mon achat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *