logo

C’est l’heure du débriefing : j’étais au départ du marathon de New-York et j’en ai pris plein les yeux !

Salut à toutes et à tous,

Encore un compte-rendu et celui-ci me tient particulièrement à cœur! Je suis super content de le partager avec vous… 

Je préfère vous prévenir tout de suite ! Je suis encore sur mon nuage et j’ai vécu un moment magique et une expérience incroyable, en courant ce marathon mythique! Au moment où je vous écris cet article, j’ai des images plein la tête et mon esprit est encore sur la ligne de départ. Courir ce marathon, c’est le rêve de tout coureur et j’ai pu le réaliser grâce à New Balance. Je profite de cet article pour les remercier une nouvelle fois.

Pour ceux qui me connaissent, j’ai commencé la course à pied il y a 3 ans et depuis, tout et allé très vite ! J’ai pu rencontrer des athlètes incroyables qui sont même devenus des amis. Depuis que je cours, je n’avais qu’un rêve et c’est bien celui de courir le marathon de New-York. Comme quoi les rêves peuvent devenir réalité, il suffit de se donner les moyens et d’y croire. Comme je vous l’annonçais juste un peu plus haut, invité par New Balance, j’attendais cette course avec beaucoup d’excitation et une envie démesurée de me surpasser… J’ai  travaillé très très dur pendant plusieurs mois et sans relâche, pour faire partie de cet incroyable projet. Il faut dire aussi que New Balance a mis le paquet en nous proposant de très bons coachs qui nous ont concoctés des entraînements très pros pour nous aider à progresser et bien transpirer.

Et ce fût vraiment le cas tout au long de ces derniers mois. Pour monter ce projet, il y a dans les coulisses une équipe qui a travaillé d’arrache-pieds et il se reconnaîtront à travers cet article :). BIG UP à VOUS pour m’avoir donné cette chance.

Bon, maintenant, il est temps de rentrer dans le vif du sujet.

Vendredi matin, valise en main, direction l’aéroport pour rejoindre la Team. Une fois les présentations faites, il était temps de décoller direction New-York pour arriver vendredi 13 heures, heure locale.

Nous nous sommes empressés de rejoindre notre bus pour nous rendre à l’hôtel. Une fois toute l’équipe en place et nos chambres récupérées, l’aventure pouvait donc commencer. Vous vous doutez bien qu’il était hors de question d’imaginer un instant me reposer, je n’avais qu’une envie : sortir et en prendre plein les yeux malgré les heures de vol. Avec le reste de la Team, nous avions un programme bien détaillé et tout s’est déroulé à la perfection. Oui, New Balance nous a gâté et je pèse mes mots. Comme vous avez pu le voir à travers quelques photos, j’ai reçu la tenue officielle, sans oublier le sac à dos du marathon de New-York! Je vous en reparlerai très prochainement via un autre article.

 Ce qui est chouette et même si c’est pas très conseillé, deux jours avant la course, j’en ai bien profité en découvrant des endroits incroyables et j’ai pas mal marché. Le jour du départ, debout à 4h50, sans besoin d’attendre que mon réveil sonne tellement j’avais hâte d’y être. J’avais rendez-vous à 6h ! Je rejoins le reste de l’équipe à la réception, malheureusement, à l’hôtel, il était trop tôt pour nous servir le petit-déjeuner. Mais comme nous étions des petits « privilégiés », une tente VIP nus attendait à l’arrivée pour un bon petit-déjeuner ! Et je n’ai pas eu le temps d’en profiter car j’ai dû me dépêcher pour rejoindre le SAS de départ.
L’organisation des SAS était un peu compliqué, mais heureusement  que le coach Gwen veillait sur moi. C’était franchement cool !

A quelques minutes du départ, je me sentais bien et je comptais bien faire honneur au parcours mais je savais que j’allais en prendre plein les yeux même avec des conditions climatiques pas au top et un parcours très dur. Avant le départ, nous avons eu le droit à l’hymne national et croyez-moi, j’ai eu des frissons. Au départ, j’ai senti que mes jambes étaient là, une ambiance incroyable avec des supporters déchaînés, des encouragements tous les mètres et les kilomètres se sont enchaînés dans une joie incroyable. Jusqu’au premier semi, je n’ai pas eu besoin de regarder ma montre tellement j’étais emporté par les spectateurs (je n’aurais peut-être pas dû). Par contre, je me suis aperçu que j’étais parti trop vite et que j’allais certainement en payer les frais en fin de course. Peu importe le chrono, je savais que j’étais en train de vivre un moment magique et j’ai voulu en profiter un max et partager cette joie avec les supporters. Chaque rue où je suis passé, j’avais l’impression de voir un spectacle différent (bluffant). Encore une fois, les encouragements de la foule et la musique, on ne voit ça nulle part ailleurs. Les ravitaillements m’ont fait un bien fou (il ne faut pas les négliger sur ce genre de parcours). Il est clair qu’à partir du 35 ème kilomètre, ça devenait plus dur. La cause ? Je suis partie trop vite dès le début. Mais je me suis dit que je suis en train de réaliser un rêve et quoi qu’il arrive le plus important pour moi était de franchir la ligne d’arrivée. Je gère les montées, j’accélère un max sur les descentes et votre humble serviteur franchit la lignée d’arrivée en 3h et 43 mn !

 Je me suis senti soulagé et c’est avec grand plaisir que j’ai attrapé ma médaille, même si l’objectif était de faire beaucoup mieux. Ce n’est que partie remise !
Maintenant, direction le stand, où je rejoins d’autres copains, pour m’hydrater un peu. Pas une minute à perdre, direction l’hôtel pour une douche et surtout manger un gros burger avec deux grands verres de Coca-Cola. Merci à tous pour vos encouragements et pour votre soutien. Au final, avec un bon programme d’entrainement, on peut le faire. Je profite de cet article pour encore une fois tirer mon chapeau à toute la Team et remercier une nouvelle fois New Balance pour l’invitation. Mais je ne vous oublie pas, vous mes abonnés qui m’avez envoyé un tas de messages sur les réseaux sociaux. Une chose est sûre, je vous donne rendez-vous très prochainement pour un nouveau défi. Je m’arrête là, pour ne pas faire trop long. Je vous remercie de m’avoir lu et à très vite pour une prochaine course, je l’espère.

Ps : je vous invite à aller lire de suite le compte-rendu de Nadiarunsparis qui a pu vivre aussi cette aventure incroyable.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *